Le film Interstellar a été un des plus gros cartons au box office ces dernières années. Tout comme Cloud Atlas, il intègre dans son scenario, des tendances et théories scientifiques reprenant les concepts de la physique quantique.

La physique quantique et la conscience

La physique et la mécanique cantique ont ces dernières années, agitées les scénaristes de films de science-fiction. Au-delà des classiques poncifs SF, de gentils et de méchant, les films ont su intégrer des questionnements issus des recherches scientifiques et par la même, intégrés une nouvelle vision du futur (même si celui-ci est complètement issu de la visions des scénaristes).

Interstellar, l’espace, le temps et le sens de la vie

Dans Interstellar, la spiritualité a énormément d’importance tout comme dans le changement de paradigme qui semble s’échafauder dans les esprits. Dans le film, la conquête spatiale prend un virage pour le moins spirituel puisque le héros part véritablement dans une quête initiatique qui le mènera jusque dans les ténèbres du trou noir. Le trou noir, l’aspirateur de la matière prend le rôle de vecteur liant les mondes entre-eux. L’âme, le sens de la vie prennent une tournure encore jamais évoquée dans un film de SF, ce qui confère au film de Christophe Nolan, une saveur encore inconnue.

Cloud Atlas, le précurseur du film de SF existentiel

Cloud Atlas avait su excellemment gérer, le concept de vie antérieure simultanée (car dans la physique quantique, le temps n’existe pas) et avait permis une nouvelle approche de film de SF. Interstellar lui rend hommage en intégrant dans sa trame, toute la richesse du questionnement humain sur l’espace au sens propre et figuré et le temps. Si vous n’avez pas vu ces deux films, n’hésitez pas à visionner ces monuments, vous ne serez pas déçus !

Si vous n’êtes pas férus de SF pure mais que les films sur le temps vous intéressent, le petit film indépendant en huit clos : The man from earth vaut aussi le détour. Sans aucun effet spéciaux, ce petit bijou qui a connu un véritable buzz sur le web, a la qualité (comme les deux blockbusters cités plus haut) de faire fonctionner les matières grises.